« type de monte » et Stud-Book

Si dans les races bovines, l’insémination artificielle avec de la semence congelée est autorisée par tous les herd-books, il n’en est pas de même avec les chevaux. C’est pourquoi EQUITECHNIC, filiale du Groupe AMELIS, en charge de toute l’activité « reproduction équine » doit adapter ses activités à la réglementation de chaque Stud-Book.​

 

En Pur-Sang Anglais, il s’agit d’une réglementation internationale unique

Le Stud Book du Pur-Sang Anglais est un stud-book international qui n’autorise que la monte naturelle pour ses étalons. Les juments doivent donc être saillies par l’étalon en main avec tous les risques que cela comporte.

Les risques sanitaires en matière de maladies réputées légalement contagieuses (M.L.R.C.) sont maitrisés de par les tests sanitaires effectués sur les étalons et les juments. Mais les risques de contamination des poulains qui doivent quitter leur haras pour aller en pension sur le lieu de stationnement de l’étalon, les risques d’accidents sur la mère et son foal dans les transports ou au moment de la saillie sont réels.

De plus, puisqu’il doit saillir la jument, il n’y a pas possibilité de fractionner l’éjaculat d’un étalon en différentes doses s’il a plusieurs poulinières à servir le même jour. Les étalonniers sont donc contraints de faire saillir l’étalon plusieurs fois par jour au risque d’affecter sa libido et de faire baisser son taux de fertilité.

Ce système est rendu possible de par le fait que les étalons ont des carrières sportives assez courtes et que les meilleurs d’entre eux entrent au haras dès 4, 5 ou 6 ans, âge à partir duquel les chevaux de sport débutent seulement leur carrière. Il ne serait donc pas envisageable d’étendre la monte naturelle à toutes les disciplines sportives.

En rendant obligatoire la monte naturelle, les responsables du stud book pur-sang anglais pensent pouvoir limiter le nombre de naissances par étalon afin de soutenir le prix des yearlings dans les ventes aux enchères. La mesure n’est pas véritablement efficace dans la mesure où les meilleurs étalons arrivent tout de même à couvrir plus de 300 juments, certains d’entre eux allant même jusqu’à partir dans l’hémisphère sud l’hiver pour continuer à saillir.

 

FUISSE

Ils pourraient le faire en limitant administrativement le nombre de « cartes » par étalon comme le font les trotteurs ce qui permettrait aux stud-grooms de ne récolter les étalons qu’une fois par jour sur un mannequin ce qui limiterait les risques d’accident et préserverait la santé de leurs étalons.

En dehors des expertises (spermogrammes) réalisées au moment de la mise à la reproduction ou de la syndication d’un étalon, et de l’adoption de poulains orphelins, EQUITECHNIC n’a donc pas beaucoup de marges de manœuvres pour valoriser son savoir-faire dans ce stud-book. 

 

Le Stud Book du Pur-Sang Arabe est beaucoup plus ouvert

WH JUSTICE

 

Les pur-sang arabes sont élevés et participent aux compétitions dans 3 disciplines sportives bien différentes :

  • les courses de plat,
  • l’endurance,
  • le show (concours de modèle et allures).

La majorité des grands propriétaires résident dans les pays du Golfe où vit la jumenterie et naissent les poulains. Mais les compétitions se déroulent dans le monde entier, les hippodromes et les salons américains et européens étant très réputés.

Compte tenu de ce contexte, le Stud-Book du pur-sang arabe autorise le recours à toutes les techniques modernes de reproduction : monte naturelle, insémination artificielle en semence fraîche, réfrigérée ou congelée, transfert d’embryons frais et réfrigéré. Cette ouverture permet aux étalons de poursuivre leur carrière de sport tout en menant en parallèle une carrière de reproducteur, en particulier grâce à la congélation de la semence qui permet de différer le prélèvement de semence de la date et du lieu d’insémination de la jument.

De ce fait, les propriétaires de ces étalons ont de plus en plus recours aux services d’EQUITECHNIC dont ils représentent maintenant plus de la moitié du chiffre d’affaires « production de semence ». La semence est ensuite exportée dans les deux hémisphères pour y être commercialisée ou pour servir les juments du propriétaire de l’étalon.

 

Le Stud Book du Trotteur Français se situe entre ces deux extrêmes

Les responsables français du Stud Book des trotteurs français ont opté pour une situation intermédiaire. Ils autorisent la récolte des étalons et l’insémination sur son lieu de stationnement avec de la semence fraîche ce qui permet de fractionner les éjaculats et ainsi d’économiser les étalons qui pour un certain nombre d’entre eux poursuivent simultanément leur carrière de course.

En fonction de leurs performances sportives, les étalons se voient allouer un nombre maximum de cartes qui varie de 60 à 100  pour les meilleurs d’entre eux. Le nombre de naissances annuelles étant de l’ordre de 10 à 12.000, ce système est assez judicieux car il répartit le chiffre d’affaires et évite que les meilleurs étalons saillissent 300, 400 ou 500 juments ce qui réduirait la variabilité génétique.

Par contre, ce qui peut paraître étonnant, c’est que le stud-book trotteur autorise le transport de la semence (réfrigérée ou congelée) pour les juments étrangères. Nos amis éleveurs suédois, belges, allemands et italiens sont donc servis « sur un plateau » à domicile alors que l’éleveur français du sud-ouest est obligé de traverser la France avec sa jument suitée pour la faire inséminer. Cherchez l’erreur…

Ce désagrément est partiellement compensé par le fait qu’en dehors des « joutes » européennes, les courses françaises et donc les dotations de ces épreuves sont réservées aux trotteurs issus d’insémination artificielle avec de la semence fraîche, nés et élevés en France.

 


READY CASH

Par contre, sauf dérogation exceptionnelle, le recours au transfert d’embryon n’est pas autorisé en race trotteur ce qui est bien dommage pour les meilleures juments de chaque génération.

EQUITECHNIC a toujours été investi dans les trotteurs en particulier au niveau de la production et de l’exportation de semence congelée dans un premier temps puis réfrigérée depuis 2 ans. La société possède par ailleurs un troupeau de 250 juments receveuses composé à 99% de juments trotteuses qui portent des embryons de toutes les races (hors PSA et TF comme nous venons de le voir) et réalise chaque année un certain nombre d’adoptions de poulains orphelins T.F.

 

Et qu’en est-il des chevaux de sport ?

Quatrième stud-book et non des moindres, le Selle-Français suivi des différentes races de chevaux de sport étrangères (KWPN, BWP, SBS, Zangersheide, Holsteiner, Oldenburg…) et des races de loisir (poneys de sport, poneys de polo, quarter horses …) autorise les éleveurs à recourir à tous les types de monte (IAF, IAR, IAC) et à la transplantation embryonnaire sans limitation du nombre de produits par jument et par étalon. C’est pourquoi EQUITECHNIC a toujours été très investi dans ces races qui représentent la majorité de ses activités d’insémination artificielle et de transferts d’embryons.

IDEAL DE LA LOGE

 

Les juments appartenant à ces nombreux stud books peuvent donc avoir plusieurs produits la même année avec un ou plusieurs étalons différents et les étalons ne sont pas limités en termes de nombre de cartes de saillies par saison.

C’est une très bonne chose pour les juments d’élite car il n’y a aucune raison que les meilleures femelles ne puissent pas mener de front leur carrière sportive et leur carrière de poulinière alors que leurs collatéraux mâles sont autorisés à le faire avec pour certains, plusieurs centaines de descendants par saison. De plus, c’est au moment où la jument est en piste et au summum de sa carrière que ses produits ont le plus de valeur.

Par contre, l’absence de limitation dans le nombre de juments à servir pour les étalons peut devenir dangereux lorsque certains étalons dépassent 500 juments par saison dans un marché qui compte moins de 10.000 naissances par an au niveau de la race Selle Français.